Accueil

Bienvenue sur notre site internet

lentree-du-village

mr-carteretBienvenue sur le site de la commune de Lavoncourt, site propulsé par « Campagnol.fr », un service initié par l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) pour ses communes adhérentes.

 Site AMRF : http://www.amrf.fr/

Site AMRF 70 : http://mairesruraux70.fr/

A travers les différentes pages, vous découvrirez la vie d’un village Haut-Saônois de 340 habitants, au cœur d’un bassin de vie rurale, son patrimoine, sa vie économique forte de services de santé, de ses commerces et artisans, de ses services publics et au public, sa vie associative intense et le maillage territorial qu’elle génère…

Bonne lecture…

Jean-Paul Carteret

Maire de la commune

photo-ruralitic 

Les permanences de la semaine 15

  •  Mairie : Lundi 9 h à 12 h, mercredi de 9 h à 12 h, jeudi de 13 h 30 à 17 h et vendredi de 9 h à 12 h
  • Droit des femmes et des familles : Mardi de 10 h à 12 h (Tel : 03 84 76 32 38)
  • Mission Locale : Vendredi de 14 h à 15 h (tel : 03 84 64 88 38)
  • ELIAD : Jeudi de 14 h 30 à 16 h 30 (Tel : 03 84 64 52 41)
  • Les opticiens mutualistes : Vendredi de 13 h 30 à 17 h 30 (Tel : 03 84 65 62 35)
  • Bibliothèque : Samedi de 10 h à 11 h

Les permanences de la semaine 16

  •  Mairie : Lundi 9 h à 12 h, mercredi de 9 h à 12 h, jeudi de 13 h 30 à 17 h et vendredi de 9 h à 12 h
  • Assistante sociale : Mardi de 9 h à 10 h (Tel : 03 84 95 73 40)
  • Droit des femmes et des familles : Mardi de 10 h à 12 h (Tel : 03 84 76 32 38)
  • ELIAD : Jeudi de 14 h 30 à 16 h 30 (Tel : 03 84 64 52 41)
  • Bibliothèque : Samedi de 10 h à 11 h

 

Village fourni en services et désormais en vétérinaires

article

article août 2019

 

Mickaël Beauvalet, nommé Chef du Centre d’Intervention par le SDIS

Les sapeurs-pompiers de Lavoncourt ont un nouveau chef de centre : Mickaël Beauvalet.

En poste aux commandes depuis 2011, Cyrille Bonnaventure « a souhaité mettre fin à ses fonctions de chef de centre tout en s’accordant une pause dans son engagement », une décision respectée par l’Etat-major du SDIS qui a nommé pour lui succéder Mickaël Beauvalet. Au cours d’une réunion de présentation « du nouveau chef », le Commandant Eric Morel, en charge des Centres d’Intervention, a tenu « à remercier Cyrille Bonnaventure pour son engagement » puis a présenté son successeur.

Pour mémoire, le Centre de Secours de Lavoncourt a été intégré dans le corps départemental des sapeurs-pompiers en 2000, la caserne construite ensuite. Dès 2000, le temps de l’intégration réelle dans le fonctionnement, le temps aussi de sa structuration, le groupe des sapeurs-pompiers a été confié à Frédéric Ribard de Frétigney, lequel a passé le relais à Cyrille Bonnaventure.

Passionné et déjà de l’expérience !

Dès le plus jeune âge, le nouveau chef de centre « a vécu » l’engagement de sapeur-pompier aux côtés de son père Christian Beauvalet, lui-même sapeur-pompier au CPI de Vauconcourt-Nervezain. Il l’accompagnait et dès l’âge de 18 ans s’est engagé au CPI le 1er janvier 1992. En octobre 2003, résidant à Combeaufontaine, il rejoint le Centre d’Intervention départementalisé du Chef-lieu de canton, prenant depuis du galon, au gré de son expérience, de la reconnaissance aussi de son engagement aux côtés de Benoît Garret. A son poste professionnel, il est responsable du centre technique routier Combeaufontaine-Jussey au service du Département, le nouveau commandant symbolise la convention entre le Département et le SDIS : En cas d’appel durant le travail, faute de personnel « pompier », Mickaël peut quitter son travail pour rejoindre l’intervention sur un sinistre.

Pour lui, cette nomination « est un nouveau challenge » à la tête de 15 sapeurs-pompiers. Le Centre d’Intervention de Lavoncourt réalise chaque année environ 200 interventions sur un périmètre d’une vingtaine de communes en 1er appel.

Les personnes qui souhaitent s’engager comme sapeur-pompier à ses côtés peuvent le joindre au 06 08 05 29 47.

Le Centre Intercommunal d’Action Sociale du Val Fleuri … Centre éphémère de vaccination !

La vaccination au plus près des citoyens, c’est possible dans les territoires ruraux!!! C’est ce que tous les Maires Ruraux de France demandent et attendent pour leur territoire. La protection de nos concitoyens est une priorité !

Il suffit qu’Elus et professionnels de santé se donnent la main et affichent leur volonté et surtout que les vaccins arrivent ! Mais nous sommes prêts à aller les chercher !!!

Grâce à la volonté du Conseil Départemental et de son Président, en accord avec l’ARS, nous avons pu vacciner sur place, dans notre commune, 48 personnes du village et des environs mais qui n’attendaient que cela ! Il suffisait de les voir arriver, leur masque dissimulant mal leur bonheur d’être vaccinés, pour mesurer leur satisfaction. Le doyen du village, 96 ans, est venu avec son déambulateur… deux handicapés en fauteuil roulant …

Le CIAS a donné rendez-vous à l’Espace France Services, cadre de ces vaccinations. Les deux agents permanents au service du médecin du village, responsable du déroulement et deux infirmières ont ensemble donné du sens au “aller vers…” voulu par le département, lequel a livré les vaccins Pfizer à l’heure prévue 13 h 30 !

A 16 h 30 tout était terminé !

Entre temps, le médecin a même vacciné chez elle une personne qui ne pouvait pas se déplacer ! Tout le monde était content !

Seconde dose le 28 avril.

Des gestes intergénérationnels … en attendant de se rencontrer !

A l’occasion des fêtes de fin d’année, les enfants du village ont réalisé un dessin, d’ailleurs plastifié pour en faire un set de table portant leur nom a été remis à chaque résident du foyer-logement. Une idée de Céline Guillot, conseillère municipale en charge des jeunes « à l’intention des résidents, confinés et empêchés de sortir même pour fêter Noël ». Mais voilà « Comment remettre ces sets sans se rencontrer ? ». Ils ont été regroupés puis attribués et remis par tirage au sort, 18 dessins pour 18 résidents,

Sensibles et touchés par ce geste d’affection, les résidents ont fait réponse à leur expéditeur respectif durant les activités hebdomadaires d’animation au sein de l’établissement. L’un d’eux a même offert une boîte de chocolat à son dessinateur ! Céline Guillot a assuré la distribution dans un sens et dans l’autre

.Tout cela sans que les uns et les autres ne se rencontrent et se connaissent…règles sanitaires obligent ! Et tous d’espérer bientôt faire connaissance !

Marguerite Jachez n’est plus

Ne pouvant plus rester seule, Marguerite Jachez « a rejoint ses racines » en 2016. Admise au foyer-logement de Lavoncourt où, bien entourée par le personnel et sa sœur Thérèse qui venait régulièrement la voir, elle a trouvé ses repères. Malheureusement, n’en pouvant plus, elle a rejoint en décembre 2019 la Maison du Combattant à Vesoul où elle s’est éteinte.

Née le 10 décembre 1940 à Renaucourt, Marguerite Jachez était la 4ème d’une fratrie de cinq enfants dont le papa travaillait à la scierie Estienney. Après l’école primaire au village puis à Lavoncourt, elle a intégré l’Ecole de secrétariat à Vesoul et trouvé son premier emploi à la scierie de Lavoncourt en 1958 avant de rejoindre la société Amora à Dijon. Elle a rejoint plus tard la Maison des Agriculteurs à Vesoul jusqu’à sa retraite en 2000. Son retour à Vesoul lui a permis de s’occuper de sa maman et de sa nièce Raphaële, orpheline dès sa naissance. C’est dire que Marguerite a consacré sa vie à sa famille.

Elle a pu pratiquer son activité favorite, le chant chorale qu’elle pratiquait au sein de la chorale Les Echos à Vesoul avec son frère Bernard et sa belle-soeur.

Nos sincères condoléances.

La commune, « Village internet @@@@ »

La traditionnelle cérémonie nationale de remise des labels « villes, villages et territoires internet » a, elle aussi, dû s’adapter aux règles sanitaires. Organisée cette année dans la Région, à Dijon, la non moins ordinaire journée de rencontres sur le site de la manifestation a été remplacée par des tables rondes et des ateliers à visiter « à distance », via le numérique … tous consacrés au numérique et à ses usages.

La journée s’est terminée par la remise des labels accordés au titre de l’année 2021 sous la Présidence de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des Territoires. Toutes les villes, tous les villages de France labellisés ont ainsi été cités, qu’ils recueillent un ou cinq arobases avec un constat : le nombre de villages va grandissant, la preuve que les communes rurales s’inscrivent bien dans la transition numérique et sa dynamique.

Label quatre arobases

Depuis plusieurs années, la commune de Lavoncourt obtient le label 4@ sur l’échelle de un à cinq que décerne le jury au regard des usages du numérique par la commune. En donnant des cours ou initiation à l’informatique depuis une trentaine d’années, l’Amicale du village a lancé la sensibilisation. Ce fut le cas au sein de l’école à l’origine des activités périscolaires en 1986 et depuis, chaque année, en direction des adultes. Depuis le développement du numérique s’est amplifié pour tous : Ecole numérique rurale (ENR), site internet, structure France Services, communication avec les habitants via le panneau au cœur du village et l’application panneau pocket. Les dossiers administratifs et comptables ainsi que la gestion des archives et même du cimetière sont numérisés…. Des usages multiples qui permettent à la commune de conserver son label au fil des années.

Et dans ces conditions sanitaires, c’est la factrice qui a remis au Conseil Municipal et au maire le symbole du label 2021.

Des bénévoles du CIAS remplacent le personnel à la cuisine

Deux cuisiniers travaillent en alternance à la résidence autonomie du village et préparent chaque jour des repas pour les résidents de l’établissement mais aussi des plateaux repas portés à domicile par ELIAD et la restauration scolaire soit parfois près d’une cinquantaine de repas… En cas d’imprévu, l’un remplace l’autre.

Mais lorsqu’ils sont absents tous les deux ? Bien difficile de trouver des remplaçants ! Et pourtant « il faut préparer les repas ! », un souci pour le CIAS du Val Fleuri, gestionnaire de l’établissement. C’est le cas depuis le 1er février, un cuisinier est parti, remplacé depuis le 18, et l’autre est en arrêt maladie. Une longue période durant laquelle « il a fallu faire face ! ». Le restaurant l’Etape, Sandrine et Yves Courbet ont répondu présents et « dépanné » chaque fois qu’ils l’ont pu, assistés par Christine Ingelaere, adjointe au maire en charge de l’action sociale, vice-présidente du CIAS… et quand ce n’était pas possible, durant les vacances scolaires notamment, Antoine Pagnot, également membre du CIAS a lui-même cuisiné ! Pour Antoine Pagnot, chef de cuisine dans un lycée, « ce fut un plaisir ! Dans une environnement différent, avec des quantités différentes par rapport aux ados que nous nourrissons chaque jour et avec l’impression de faire plaisir aux résidents tout en permettant à la structure d’assurer le service ». Les vacances scolaires tombaient bien !

La deuxième infirmière s’installe

Intégré au pôle de services rue du Tire Sachot et jouxtant la résidence autonomie avec même un accès direct vers l’établissement, le cabinet compte désormais deux infirmières : Maryline Baumner et Fanny Bourgoint.

Après dix années d’expérience en milieu hospitalier au CHU de Vesoul, le 1er octobre 2018, Maryline Baumner a repris le cabinet créé par Myriam Plantar pour s’installer au village  « dans lequel je me suis investie » assure-t-elle. Et pour la remplacer « de temps en temps », Fanny Bourgoint est arrivée en septembre 2019.

Après ses études d’infirmière, fanny Bourgoint a exercé quelques années en EHPAD puis à l’ADMR avant de « faire des remplacements en tant que libérale », c’est dire si elle connaît le monde rural.

Après plus d’une année de remplacements et de travail en commun, les deux infirmières, intégrées au contrat local de soins primaires, deviennent collaboratrices et installées ensemble au cabinet.

Foyer-logement : Tous vaccinés une première fois !

Tous les résidents du foyer-logement, sans exception, ont choisi d’être vaccinés contre la COVID. « Et ce moment, ils l’attendaient c’est sûr !… » témoigne Jean-Paul Carteret, président du CIAS gestionnaire de l’établissement. Confinés à souhait depuis de longues semaines, et certes entourés d’un personnel attentionné, même s’ils vivent ensemble bien des moments dans la journée pour les repas et les animations ou peuvent accueillir leur famille mais avec des règles sanitaires bien strictes, « une vie sociale presque normale mais privés de sortie », tous se demandaient bien et ne comprenaient pas pourquoi ils devaient se rendre dans des centres de vaccinations, considérés comme des personnes de plus de 75 ans vivant à leur domicile, prendre rendez-vous sur une plate-forme ou encore se déplacer….

Quelle bonne nouvelle pour eux d’apprendre qu’ils pourraient être vaccinés « à leur domicile » finalement ! Tous étaient prêts bien avant le début des vaccinations, attendant ensemble leur tour dans la salle commune, leur masque ne dissimulant même pas leur sourire et leur satisfaction, voire leur soulagement ! « Un soulagement aussi pour leurs familles » même si chacun a conscience « qu’il faudra toujours faire attention »…

Equipe mobile qui « va vers… »

Ensemble, résidents et gestionnaires saluent « et remercient » cette initiative du Département, du Président Yves Krattinger et du SDIS, en accord avec l’Agence Régionale de Santé et la Préfète, de se rendre dans les résidences autonomies de Haute-Saône. Le Département et le SDIS ont ainsi pris en charge la logistique en appui d’une équipe mobile bien sympathique composée d’un sapeur-pompier et de deux infirmières, également du SDIS. Sur place, chacun a œuvré sous l’œil vigilant du Docteur Jarlaud, médecin référent de la résidence autonomie, tandis que Maryline Baumner, infirmière à Lavoncourt a procédé aux vaccinations avec les infirmières du SDIS, Kathia Akyuz et Stéphanie Varini…une équipe mixte composée de professionnels de santé locaux et du SDIS qui a bien fonctionné !

Le pari est réussi ! Pour Jean-Paul Carteret, président des Maires Ruraux de Haute-Saône (AMRF), « puisse-t-il inspiré les décideurs ! », comme de nombreux maires en France et par le biais d’un communiqué de presse commun avec l’AMF, il plaide pour « le déploiement d’une vaccination en proximité, accessible aux plus fragiles et la mise en place de petits centres de vaccination en partenariat avec les professionnels de santé répartis dans les territoires »

Feu vert pour les affouagistes

« Une courte réunion a suffi pour faire le point et donner les ultimes consignes tout en attribuant les lots aux affouagistes… » résument Patrice Deffeuille, adjoint au maire et Henri Ceyzeriat en charge de la forêt, en présence des trois garants des bois.

Il s’agit aussi de vérifier « ce sont les conseils bien utiles de l’association des communes forestières » que chacun des affouagistes a bien reçu le règlement de l’affouage et qu’il s’est acquitté du coût de son lot avant de le façonner. Il peut alors faire « son » bois, non sans avoir remis aussi une attestation d’assurance individuelle.

Un troisième vétérinaire s’installe….

A la recherche d’un local sur la commune « pour se rapprocher de sa clientèle rurale » comme il se plaît à le dire (ER du 16 juin) mais aussi de son domicile à Melin et de son second cabinet à Jussey Javier Manso s’est installé à Lavoncourt début juin, au Pôle de Services, précisément à l’ancien presbytère réhabilité par le SIVOM du Val Fleuri. Une installation « qui donne du sens à la proximité » pour le maire Jean-Paul Carteret, militant s’il en est, des services de proximité en milieu rural. Avec lui Ana, son épouse ainsi que Gaëlle Longechamp assurent secrétariat et comptabilité au Cabinet, ouvert chaque jour du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30, le samedi de 9 h à 12 h. Une aubaine pour les habitants du secteur à la recherche de médicaments pour les animaux.

« Et comme la clientèle allait croissante », Javier Manso a attiré avec lui Rebeca Abascal, une confrère espagnole comme lui « ravie d’exercer son métier ici. Les gens sont sympas » assure-t-elle.

Augmentation de la clientèle mais aussi diversification puisqu’ « en plus des vaches, des chevaux et autres animaux des fermes… » il s’agit en plus de soigner ici « les petits animaux, chats, chiens.. » au point qu’il leur a fallu faire appel à un troisième vétérinaire. Appel entendu jusqu’à Madrid où « nombre de jeunes vétérinaires sortant des études ne trouvent pas de travail ! ». Lucia Ortéga-Morillo n’a pas hésité et vient de rejoindre début décembre l’équipe de vétérinaires déjà en place pour le bonheur des usagers. Nous lui souhaitons bonne installation.

Pour les contacter en cas de besoin : 06 44 76 91 51 ou vetomanso@gmail.com

Une psychologue clinicienne rejoint le projet de santé.

Validé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), le projet de soins primaires à Lavoncourt s’étoffe. Après Carine Makich, diététicienne, c’est Eléonore Figerod, psychologue clinicienne qui ouvre un cabinet secondaire au village. Diplômée de l’Université de Besançon, elle dispose déjà d’un local professionnel à Amance. Professionnelle libérale, elle propose un accompagnement psychologique pour les enfants, adolescents et adultes. Les consultations auront lieu au cabinet, rue du Tire Sachot, ou à domicile pour les personnes ne pouvant pas se déplacer.

A partir du 1er avril, Eléonore propose « un espace confidentiel d’écoute et de parole pour comprendre la personne dans le respect de sa dignité, sans jugement et avec bienveillance ». La rencontrer peut permettre « de parler de soi, de ce qui fait souffrance, de son ou ses enfants ».

Contact pour rendez-vous : 06.73.93.03.02.

Une diététicienne intègre le projet local de santé

« L’alimentation, c’est la vie… » résume Carine Makich, motivée à souhait, à l’idée de rejoindre l’équipe de professionnels de santé exerçant sur la commune de Lavoncourt. En ouvrant son cabinet secondaire au pôle de services, la diététicienne intègre le projet de soins primaires validé récemment par l’Agence Régionale de Santé dans lequel se sont engagés médecin, pharmacien, infirmières, kinésithérapeutes, ostéopathe.

Auparavant professeur des écoles, Carine Makich a choisi « le métier de diététicienne parce qu’il correspond mieux à son souhait d’aider les autres à avoir une meilleure alimentation et être en meilleure santé »Forte de stages thérapeutiques, de restauration collective ou individuelle ou encore d’accompagnement de la maladie, elle est titulaire du BTS « diététique » obtenu en deux ans. Au contact d’un ami diabétique, Carine Makich s’est passionnée pour l’alimentation et le « bien se nourrir » de chacun.

Simultanément à l’ouverture de son cabinet, elle fera profiter de ses compétences le foyer-logement voisin et les résidents. La diététicienne prendra en charge la composition des menus et le suivi culinaire, « un choix » du Centre Intercommunal d’Action Sociale du Val Fleuri engagé aussi dans un programme nutrition santé.

Dans un premier temps, les rendez-vous, avec ou sans ordonnance médicale, sont donnés le jeudi après-midi et le samedi matin. Contact : Carine Makich 07 67 30 67 33.

Un nouveau service de proximité à Tour d’Horizons

Un sujet bien d’actualité avec la nécessité de kilomètres à parcourir et qui coûtent cher lorsque l’on a besoin d’argent… Faute de distributeur automatique de banques, les habitants du secteur ont désormais deux possibilités de se procurer « du liquide » : le bureau de Poste ouvert chaque matin et le magasin « Tour d’horizons » ouvert chaque jour et qui dispose à présent d’un « point vert » proposé par le Crédit Agricole.

Le magasin qui a ouvert en juin diversifie encore un peu plus ses offres de services : tabac et presse, jeux avec la FDJ, bières artisanales, bijoux, cartes…et tout une gamme de produits nécessaires au quotidien.

Que trouve-t-on au pôle de services ?

http://lavoncourt.fr/une-permanence-est-assuree-25-h-par-semaine-lire-la-suite

Un boucher pour compléter l’offre de proximité

Lire la suite

Les Opticiens Mutualistes partenaires d’Optique Solidaire

« Les lunettes solidaires…c’est assurément un nouveau plus pour le pôle de services du Val Fleuri et les habitants du secteur » se réjouit Jean-Paul Carteret, Président du CIAS, partenaire de la Mutualité Française et des Opticiens Mutualistes.
Lire la suite

Les droits des femmes et des familles en visio-service

Si le Centre d’Informations sur les Droits des Femmes et des Familles assure au plan régional plus de 40 permanences physiques délocalisées, il ne peut être présent sur tous les territoires.

un certain nombre de zones blanches : lire la suite

VOUS AVEZ 16 ANS ?

Faites-vous recenser pour la journée défense et citoyenneté : Nécessaire pour toute inscription aux examens et concours soumis à l’autorité publique (CAP, BAC, permis de conduire, …)

participer-a-la-journee-defense-et-citoyennete-jdc

Sites Internet permettant de se raccorder au recensement en ligne ou de finaliser la procédure :

http://telechargement.modernisation.gouv.fr/EspaceDocumentaireMSP/particuliers/demarches-en-ligne/rco/index.html
http://adullact.net/projects/pecoto

Un dépôt pressing à la Maison de Services

un nouveau service de proximité pour les habitants du secteur

Dépôt possible des déchets verts

Avec la mise en place d’une benne « déchets verts » décidée par le SYEVOM, la plate-forme déchets de Lavoncourt offre cette fois un service de proximité supplémentaire pour l’ensemble des habitants des villages alentours. Roland Fassenet, vice-président de la Communauté de Communes des 4 Rivières, en charge des Ordures Ménagères, rappelle que la plate-forme est ouverte chaque samedi de 9 h à 12 h « à charge pour le gardien de répartir à présent les déchets : tout venant, ferraille, meubles, déchets verts ».

Un dépôt gaz à la supérette Casino

un-depot-gaz-a-la-superette-casino
Les plus anciens se rappellent qu’ils allaient chercher leur bouteille de gaz «chez Caulard », puis d’autres ensuite au garage Bouveret « qui a pris la suite du dépôt gaz » voilà une quarantaine d’années.

A présent, c’est à la supérette Casino que les clients peuvent se ravitailler en gaz – toutes marques : Primagaz, antargaz, butagaz… Les gérants, Christine et Vincent Ingelaere, développent ainsi l’offre de services de proximité et de commerces dans leur magasin. Rappelons que la supérette est ouverte chaque jour du mardi au samedi de 7 h 30 à 19 h, dimanche et jours fériés de   8 h 30 à 12 h 30.

Contact : 06 71 28 66 90.

Remise du label « village internet »

2016

2017

Lavoncourt, toujours à la pointe (Est Républicain 8 février 2015) :

Smart village 

http://lavoncourt.fr/a-loccasion-de-la-11eme-edition-de-ruralitic-dans-le-cantal

Le Retable de l’Eglise de Lavoncourt

Pour en savoir plus cliquer sur ce lien

Moment historique pour la commune :

http://lavoncourt.fr/pierre-moscovici-ministre-de-leconomie-et-des-finances-a-inaugure-la-nouvelle-mairie-photos-et-articles

Le Ministre Patrick Kanner, est venu visiter le pôle de services

http://lavoncourt.fr/photographies-et-articles-visite-du-ministre-de-la-ville-de-la-jeunesse-et-des-sports-patrick-kanner-le-25-10-14